Peux-tu te présenter pour les internautes qui ne te connaissent pas encore & nous parler de ton parcours stp?
Je m’appelle Maxime. Auteur, mini-compositeur (pour l’instant je ne sais composer que des ballades), interprète. Je chante depuis toute petite. J’ai fait mes débuts au piano à 4 ans, puis au chant à l’école de musique, puis en chorale, au lycée. A 19 ans on m’a proposé un projet pro dans la musique et c’est comme ça que j’ai mis le pied à l’étrier ! Après ce fut une succession de rencontres. J’ai avancé sur mon chemin, travaillant avec différentes personnes, affinant ma « plume ».
Il semblerait (à lire ta bio) que tu as quasiment vécu plusieurs vies, tu as fais des études de médecine, tu as été institutrice, etc. Qu’est- ce qui t’a donné envie de faire de la musique?
Oui, c’est ma spécialité ! J’ai la bougeotte… En réalité, je crois que je saisis les opportunités que la Vie m’envoie et surtout, je ne reste pas dans une situation qui ne me parait pas juste pour moi. Alors effectivement, j’ai commencé par faire un début de 1ère année de médecine, avec le souhait de devenir pédopsychiatre. Et puis l’histoire est venue s’en mêler, c’était en 1995, il ya eu ces fameuses grèves, qui m’ont véritablement empêchée d’aller à la fac durant plusieurs semaines. Du coup, j’ai ouvert un magazine, j’ai vu une annonce « cherche talent : chanteuse » et je m’y suis présentée. Là-bas j’y ai rencontré Dafna. Parmi les instigateurs de l’audition il y avait Félix, le clavier (à l’époque) du groupe FFF. En réfléchissant tous autour d’une table, nous avons proposé, Dafna et moi de créer un « groupe de filles », plutôt que de lancer des talents individuellement. Et hop c’était parti ! On a fait appel à une troisième pour compléter le groupe : Aurélie Konaté (Star ac’ 2).  Après l’aventure a été lancée et tout est allé très vite : enregistrement de l’album, promo voyage de presse à Los Angeles !!) et tout le reste.  La musique et moi c’est une histoire ancienne. D’abord mes disques noirs, mes 33 tours que j’écoutais dans ma chambre, puis le chant. Et puis l’écriture, toujours, depuis toute petite : petits poèmes d’enfant, puis bouts de textes, bouts d’histoire avec l’envie secrète d’écrire un roman… Instit ? Oui je SUIS instit ! C’est mon dernier métier en date, après avoir fait différentes choses : consultante, chef de projet en communication, correctrice de fautes d’orthographe (et oui !)…
Mais la musique c’est ce qui remue  à l’intérieur de moi. C’est cette « seconde peau », qui ait que quand je commence à chanter ou quand je suis assise à un concert et que les premières notes retentissent, j’ai ds larmes de bonheur qui coulent sur mes joues.
Tu as fait également partie d’un girls band « Foxies » aventure « avortée » pourquoi l’album n’est-il pas sorti & que t’a apportée cette aventure? La maison de disques, Universal, a décidé de finalement ne pas sortir l’album car elle pressentait qu’il ne se vendrait pas je pense. Elle avait déjà dépensé beaucoup de sous sur notre projet et souhaiter « passer à autre chose ». Aucun regret, Aurélie voulait continuer en solo et moi, je souhaitais revenir à  mes études. Cette aventure m’a apportée beaucoup, mais tout d’abord la découverte du bonheur d’être sur scène, de chanter « live », de rencontrer un public. Et puis la phase créative : travail sur nos textes, ensemble, le studio et ses cessions magiques ou l’enregistrement de nos voix venait emplir la pièce et nous remplir de joie. C’était aussi une aventure humaine extraordinaire : d’abord tout aire à trois, s’entendre, discuter, mais aussi partager, se compléter, se soutenir.
Tu nous présentes aujourd’hui ton premier opus intitulé « Dis moi maman » dans les bacs le 13/02 prochain. Peux-tu nous en dire plus sur cet album, sa couleur, le travail de création? Cet album est le fruit d’une recherche entre Franck (Franck Authié : réalisateur de Grégoire) et moi. Nous avons cherché, joué, fredonné, changé, refredonné, gratté, enregistré…  C’est en écrivant « Les filles » qu’on s’est regardé et qu’on a compris qu’on tenait là mon univers : frais, espiègle, un poil rigolo mais pas trop léger, pêchu. Et le reste a suivi. Franck est le compositeur principal de cet album. Un jour je lui ai envoyé mon texte de « Dis-moi maman » et il m’a appelé en disant : « c’est énorme ! ». Il a  été super inspiré et la mélodie géniale de ce titre est venue.  Notre collaboration est parfaite, Franck est franc et ses remarques me font avancer, progresser. Il n’est pas complaisant et m’aide comme ça faire « le mieux possible ». La  couleur de cet album est pop, résolument, avec quelques accents rock sur certains titres avec la présence des guitares rock.  L’album est principalement pêchu, mais quelques ballades très personnelles viennent compléter cet univers frais et positif.  Du côté des textes, on trouve du rigolo, décalé (Josie et Claude, L’anti rockstar ), de l’intime (Normale, Dis-moi maman, Si tu nous voyais) et du plus frais (Les filles, Poupée), et du résolument positif (Dessine-moi).
Grégoire t’a offert le titre « Dessine-moi », comment s’est fait cette rencontre?
J’ai rencontré Grégoire par Franck, qui est effectivement notre gros point commun. On s‘est tout de suite entendu, comme si on se connaissait depuis des années, la communication était facile. Et puis un soir, Franck m’envoie un mail : « Grégoire aime beaucoup ton univers, il t’a écrit une chanson ». C’était un soir où j’étais assombrie par une triste nouvelle et ce « cadeau » est venu me redonner le sourire. Je l’ai écouté et j’ai été très touchée. La version initiale (guitare-voix) était très émouvante.   Même si on reconnait dans le texte la plume de Grégoire, je trouve qu’il me va « comme un gant » et le génie de Franck est venu poser des arrangements sur mesure, comme à son habitude.  Je suis très heureuse que cette chanson positive et belle vienne compléter mon univers.
Maintenant on aimerait au travers de questions toutes simples en apprendre un peu plus sur toi!
Quels sont tes trois albums de référence et pourquoi?
Allo Maman Bobo, Alain Souchon, parce qu’il a bercé mon enfance et que c’est grâce à son écriture que j’ai découvert la magie des mots, des textes chantés, le pouvoir des rimes, des images, des métaphores, des jeux de mots…
La zizanie, Zazie, cet album est pour moi une perfection. Les textes y sont intelligents, émouvants, les messages engagés et non complaisants, les mélodies subtiles et harmonieuses avec le texte, les arrangements merveilleusement taillés.
She was a boy, Yael Naïm. On y trouve des chansons sublimes, une voix à voir faire hérisser les poils et vous faire pleurer de bonheur. Une fois de plus les mots et les mélodies se mêlent avec perfection et les arrangements sont doux et magiques : ni trop, ni trop peu.
Quel est le duo de rêve que tu aimerais réaliser?
Je serais ravie, touchée, comblée… de pouvoir partager une chanson avec Alain Souchon bien sûr.
Quelle est la chanson que tu as honte d’adorer?!
Je n’ai honte de rien ! ;)  Pour mes frissons et émois de jeunesse, j’aime écouter « J’te le dis quand même » (Patrick Bruel).
Quel est le concert auquel tu as assisté qui t’a le plus marqué? Pourquoi?
Je peux en citer 2 ?
D’abord il y a très longtemps, j’ai eu la chance de voir No Doubt sur scène, à l’Olympia. C’était fantastique !  Gwen Stefani est un fille incroyable !!! Elle a une présence hors du commun, ça m’a impressionnée et donné envie de « donner » autant sur scène.
Et puis plus récemment : la semaine dernière : Yael Naïm. Cette femme est d’une générosité déconcertante. Elle vous remplit de douceur avec sa voix divine, elle vous épate avec ses talents de multi musicienne, elle vous fait rire avec son humour et vous rafraîchit avec son naturel et tout c qu’elle donne de positif.
Son concert devrait être remboursé par la Sécu tellement il requinque !
As-tu un lieu de prédilection dans Paris pour écouter de la bonne musique, à nous conseiller?
J’aime les petites salles, celles où on a l’impression d’être « entre amis ». J’aime beaucoup Le Café de la Danse. J’y ai passé d’excellents moments.

Merci beaucoup pour tes réponses et belle route à ton album!
Merci à vous !!!! A bientôt ;)
Maxime