Avec son timbre singulier et ses mélodies folks elle m’a fait craquer dès la première écoute. Elle s’appelle Mai Lan et son premier album prévu pour le 27 Août s’annonce comme le succès de la rentrée. C’est dans une ambiance détendue au Five Hôtel, que j’ai eu la chance de la rencontrer accompagnée de son talentueux acolyte Max ‘Schumacher’ Labarthe .  Attention, coup de coeur…

 

Beaucoup t’ont découvert sur la BO de Sheitan avec le fameux titre « Gentiment je t’immole ». Peux-tu nous en dire plus sur ton parcours, comment en es-tu venue à la musique?

MAI LAN: J’ai fais du piano classique étant petite. Je me suis pas mal cherchée, en explorant différentes voies. J’ai écrit des génériques pour Kourtragemé, collectif d’artistes. Par la suite, j’ai fait 5 titres sur la BO de ‘Sheitan’. J’ai pas mal été dans la recherche, l’introspection afin de découvrir toutes les cordes de mon arc musical. Voir comment allier toutes mes envies et réussir à ne pas se cantonner à un seul style et regretter de ne pas exploiter les autres. Du coup, j’ai pas mal exploré le territoire notamment en travaillant dans le cadre de petits ateliers de recherche avec Max Schumacher Labarthe (ici présent), Nick Fury de la Caution et  un groupe électro qui s’appelle Donovans. Et puis finalement en 2010, j’ai vraiment ressenti l’envie de me lancer. Avant ça, je n’ai jamais été dans une démarche concrète de projet musical.

Comment déinifirais-tu ton univers musical? C’est finalement très hybride, comment tu le ressens? 

MAI LAN: Un peu comme toi finalement, hybride! Ça mélange pas mal de styles, ça essaye aussi de les prendre à contre-pied, donc assez difficile à définir finalement. Ça se dirige pas mal vers de la pop-folk car il y a beaucoup d’accoustique, de guitare etc. Il y a aussi des touches électros effectivement…Que ce soit au niveau musical ou même du flow, la façon de chanter et poser les textes, tout ça est très varié…

Il y a pas mal de titres en anglais sur cet album, j’ai lu dans ta bio que tu voulais « casser les codes ».  Est-ce pour toi une manière de le faire que de chanter en anglais dans un pays tel que la France, où finalement il n’est pas si facile de faire carrière en anglais?

MAI LAN: Je ne suis pas sûre de vouloir casser les codes ou que ce soit une démarche consciente. Cela ne m’amuse pas de marcher sur les sentiers battus, ça c’est clair. Après je pense qu’il n’y a rien de prémédité dans la musique, l’anglais c’est imposé plus naturellement, ça a été très spontané, car c’est la langue qui va bien à cette musique, qui rebondit, et propose des sonorités originales notamment grâce aux petits mots très courts qui s’entrechoquent contrairement au français qui est une langue plus plate, avec laquelle on peut faire des choses que je n’ai pas encore bien exploré mais qui sont justement en cours d’exploration! ‘Les Huitres’ est vraiment un titre « laboratoire », un ovni qui m’a permis de faire du français quelque chose de pêchu. Finalement je connais peu de chanson pêchue en français qui me plaise. On retrouve beaucoup de belles balades, des chansons douces, qui racontent de belles choses. Le français reste donc à cogiter.

Tu as travaillé sur cet album avec ton acolyte, Max ‘Schumacher’ Labarthe. Comment s’est passé le travail de création?

MAI LAN: Ça s’est très bien passé! (rires). Max et moi nous connaissons depuis le CP, donc on est très connectés. En fait, ça se passe assez naturellement, on est souvent d’accord, on sait qu’il y a des terrains sur lesquels on ne veut pas aller et on a pas forcément besoin de l’expliquer, donc on est tous les deux en exploration, on cherche toujours à nous étonner nous même afin de ne jamais tomber dans le « déjà vu ». On s’amuse vraiment et on cherche surtout à nous entre-plaire!

>> Il paraît qu’avec des « si » on refait le monde <<

Si tu étais un homme, tu serais?

MAI LAN: Buster Keaton!

Si tu étais un livre?

MAI LAN: « L’écume des jours » de Boris Vian.

Si tu partais sur une île déserte, quels seraient les 3 albums que tu prendrais?

MAI LAN: ‘Beauty’ de Ryuichi Sakamoto. Un album de Kate Bush! Et finalement quelque chose pour mettre du baume au coeur, vu que je suis triste sur mon île déserte (rires); une petite Bossa! Un petit Joao Gilberto sans doute!

Si tu pouvais réaliser un duo de rêve avec un artiste mort ou vivant…

MAI LAN: Jacques Brel! Je pense qu’on aurait pu faire quelque chose de surprenant ensemble.

Si tu ne faisais pas de musique, tu ferais quoi?

MAI LAN: Mes fringues! (Mai Lan a une marque de vêtements, BEZEMYMAILAN, que vous pouvez découvrir par ici: http://bit.ly/MsbOE6)

Retrouvez toute l’actu de MAI LAN sur Facebook: https://www.facebook.com/mailanofficiel

1er single ‘Easy’ disponible: http://bit.ly/KjjabT

Remerciements au Five Hôtel Paris pour l’accueil: http://www.thefivehotel.com/ + 3ème bureau/ Wagram pour la rencontre.