Son troisième opus « C’est tout » est dans les bacs depuis hier. L’occasion de rencontrer Guizmo, le petit génie du rap français, pour en apprendre un peu plus sur lui. S’il n’était qu’une punchline il serait « Cleptomaniac, partout où je vais, je vole la vedette » ! Belle rencontre avec un artiste taillé pour durer …

 

 

Tu reviens avec un troisième opus intitulé « C’est tout » quelques mois après la sortie de « La Banquise ». Si je me trompe pas ça part d’une vidéo où tu disais que tu sortirais un album tous les 6 mois, du coup est-ce que c’est un album produit juste pour tenir parole, un album « forcé » ?

Guizmo : Non, pas du tout c’est un album que j’ai kiffé faire. On part dans un autre délire musical qui est plus ouvert que les deux précédents. L’atmosphère de cet album est cool, tu peux l’écouter en fond sonore d’une bonne soirée tranquille. C’est vraiment des titres smooth, pas agressifs. Je reste un MC qui aime la performance donc il y a aussi de gros titres avec beaucoup de technique. Cet album finalement, ne comporte que des titres introspectifs, les thèmes sont variés, ce qui n’était pas le cas dans « Normal » (son premier album Ndlr) et peu présent dans « La banquise » (deuxième album, ndlr). 

Je rebondis donc sur ta réponse pour savoir quels sont justement les thèmes abordés sur cet album ? On a découvert les titres « Hip-Hop », « C’est tout » et « passé simple » mais on a également entendu parlé des titre « Laetitia » ou encore « Le café » de quoi tout ça va parler ?

Guizmo : Laetitia c’est l’histoire d’une femme de flic. Le refrain  fait « j’ai serré la femme d’un flic… » Donc c’est une chanson qui raconte une relation « illégitime », cachée. Je raconte comment ça se passe avec cette femme de flic qui m’invite chez elle, qui me vois en cachette et qui prend son pied. Au final, pour moi c’est un moyen d’emmerder les flics sans dire « nique la police ». De toute façon c’est trop facile, ça leur fait plus rien ils sont habitués ! En revanche quand il allume sa radio et qu’il entend un môme de 21 ans chanter qu’il a serré la femme d’un flic sa casse les couilles… C’était une manière drôle et détournée de les faire chier. Je voulais être subtile sur ce coup !

« Le bus de nuit » est un autre thème que j’ai abordé, car je connais bien le sujet. J’ai beaucoup trainé en banlieue parisienne, j’ai souvent du aller d’un quartier à l’autre, je prenais des bus de ouf, pleine nuit, etc. Dans le bus de nuit je rencontrais a peu près toutes les couches sociales de France. J’ai fait plein de mises en scène dans ce morceau en introduisant des perosnnages qui donnaient du sens à ce trajet de bus. Je décris le travailleur, le sdf, les belles meufs qui créent des histoires souvent, bref plein de trucs farfelus que j’ai souvent pu voir. Je l’ai mis en scène sur un beat jazzy assez lent.

Je parle également du café, « spirale pmu », le piège des jeux d’argent…J’ai un pote accro aux jeux, il m’a emmené au café un jour, j’ai vraiment observé tous ces gens là et je me suis rendu compte que parfois derrière eux il y a des familles brisées, des enfants en manque de leur père, les retards de loyers et factures à payer etc.

Des thèmes qui parlent également aux femmes notamment sur le titre « T’es fraîche » sur lequel je parle de ce rapport privilégié que j’entretiens avec la gente féminine (sourires) que j’aime beaucoup. C’est une déclaration…Sur le refrain je dis « Je fais kiffer un tas de meufs, leurs mecs veulent ma peau » c’est un petit clin d’oeil à des coups de fil que j’ai reçu de petits copains de Guizmettes (fans de Guizmo) qui me disaient « je suis le mec d’untel, arrête de parler avec elle sur Twitter, attention sinon je te retrouve … » Preuve que ça marche auprès des filles et donc que leurs petits copains en sont conscients et limite jaloux (sourires) ! Plein d’autres thèmes notamment sur « Passé Simple » qui lance un gros beat, limite ça sonne Booba sauf que je suis 10 000 fois plus fort que lui ! Il est dans le futur moi je suis dans le passé simple et sur une autre planète ! Et ce qu’il fait toute sa vie je le fais une fois et 10 000 fois mieux que lui ! 92 représente !

Le message est passé… Je sais que sur « Normal » tu faisais une sorte d’état des lieux/bilan sur qui tu es, le fruit des nombreuses et « douloureuses » expériences que tu as connu dans le passé. Sur « La banquise » tu faisais une sorte de flashback sur ton cheminement, ton parcours. Ce nouvel album représente quoi pour toi ?

Guizmo : Ce nouvel album c’est un constat de tous les tourments que je ressens, mes états d’âme, comment je vois la vie. Juste simplement un constat. Parfois ça part d’un simple coup de blues je le mets sur le papier et ça donne le titre « C’est tout ». C’est vraiment un album fait au feeling, selon mes humeurs et j’étais d’humeur à faire de l’introspection et à raconter tous ces trucs qui me chamboulent la tête !

Tu as 21 ans, c’est quand même fou d’être à ce point dans l’introspection. As-tu l’impression d’avoir beaucoup mûri en l’espace de quelques mois avec le succès grandissant ? 

Guizmo : C’est vrai. J’ai surtout vécu beaucoup de choses, rencontré des personnes différentes et fréquenté différents endroits. J’ai aussi dû me concentrer sur ma consommation d’alcool qui est un gros problème pour moi… J’ai du grandir pour mener à bien tous mes projets.  C’est aussi un constat d’une prise de bon sens. Tu arrives à ton troisième album, tu n’as plus 19 ans et il faut aussi raconter des choses « profondes ». Là je voulais raconter des choses poignantes. Auparavant j’étais vraiment tourmenté entre le rap buiz, la rue, ma famille qui vit encore dans le ghetto, mes frères, etc. Et au final je pense que le point central ce trouve ici : quand j’ai écrit ce troisième album je ne faisais vraiment que de la musique, j’avais pas le cerveau éparpillé entre des tonnes de choses, je ne l’ai pas écrit dans l’urgence ou dans l’énervement, j’avais un train de vie plutôt confortable. Tout ça m’a permis de faire un album avec plus de recul que les précédents.

Peux-tu me parler du processus créatif (écriture/production) qui a conduit à la naissance de cet album stp ? Tu écris tous tes textes, est-ce que tu composes ?

Guizmo : Non, je n’ai jamais participé à l’élaboraiton d’une prod. Par contre quand je travaille sur un morceau Willy le Barge, mon manager est toujours avec moi. Lui est réal et trouve souvent l’inspiration pour des airs de refrain etc. On part en délire comme »Laetitia » ça part d’un délire. On était parti au Mans prendre un peu de repos, il a mis une instrus j’avais bu et je lance pour rigoler « J’ai serré la femme d’un flic » je répétais ça en boucle. En rentrant on s’est dit « on l’enregistre direct » ! Au final c’est beaucoup de feeling entre lui et moi.

On peut lire dans ta bio que pour toi « le rap est avant tout un défi. C’est être plus fort, meilleur que les autres ». Justement, quel est ton point de vue sur la scène rap française aujourd’hui ?

Guizmo : J’aime parce qu’il y a du niveau et de la compète. Les mecs qui composent « le game » sont pour la plupart assez charismatiques. Ils ont compris qu’au delà du rap aujourd’hui il faut arriver avec un package. Même si certains n’ont pas le package complet (et je ne dis pas que je l’ai moi) ils en tout cas des atouts qui font avancer leur musique et qui font avancer la nouvelle génération dans le rap. On a tendance a leur prêter une étiquette d’arrivistes qui savent pas de quoi ils parlent, mais en attendant c’est des gens qui s’accrochent à leur passion, ils se demerdent pour s’en sortir et qui baissent jamais les bras. C’est comme toute forme d’art, tu n’es jamais sur d’y arriver. Le fait que ces gens s’accrochent sans jamais être sûrs du résultat  ça m’inspire du respect. Après je sais que de cette génération je suis le meilleur ( petit sourire) mais j’ai beaucoup de respect pour la plupart des mecs de cette génération !

 

Intéressons nous à toi ! Sur « Hip Hop » tu parles de ton amour pour le rap et la soul tu cite notamment Aretha Franklin et Michael Jackson. Quelle musique écoute tu au quotidien et quelles sont tes références absolues ?

Guizmo : Beaucoup de rap français. J’ai mes périodes. Quand j’écoute de la soul je ne vais pas écouter plein d’artistes soul en même temps, je vais rester bloqué sur un artiste pendant deux trois jours, ensuite je vais passer à un truc jazz, etc. Je ne me matraque pas le cerveau, je varie. Un Lauryn Hill, un Ray Charles, un son de Nat King Cole, les Supreme… Je pense que ça m’enrichit musicalement. Le fait d’écouter beacoup de musique et de styles différents me décomplexe par rapport à ce que je fais. Je ne me bride pas en me disant « ça c’est pas du rap laisse tomber »…J’estime qu’un bon beat, même si ce n’est pas du rap, mérite mon  attention. J’aime la musique ! Le titre « MDNA » qui est en bonus pour ceux qui ont précommandé l’album sur iTunes, a été fait par DJ SIMSIMA, il est complètement électro, j’incite toute ma génération à se défoncer si elle en a envie.. Bien entendu je n’incite pas au bad trip ! Je conforte les avertis…Morceau farfelu, je suis parfois défoncé dessus…Si je n’écoutais pas différents sons, je n’aurais pas l’ouverture d’esprit nécessaire.

Certains considèrent que ta musique est « hantée par les années 90″.  T’en penses quoi ?

Guizmo : C’est la vérité ! Je ne dirai pas « hantée » mais « bercée » par la musique des 90′s. J’arrive à trouver des instrus qui parlent aux gens qui aiment les sons de maintenant mais aussi à des gens plus avertis, qui apprécient des sons plus anciens. J’arrive à doser entre ce côté retro et ce qui se fait maintenant ! Je mets un peu de nostalgie, d’une époque que je n’ai pas connue ! Je ne sais pas comment …En tout cas ça me flatte. Pas parce que ça fait « old school » mais vraiment parce que j’aime cette musique. C’es l’âge dor du rap, c’est là que tout à commencé dans le rap…

Il parait qu’avec des si on pourrait refaire le monde. Je te fais ltinterview « Si » !

Si tu étais une femme ?

Guizmo : Rosa Parks !

Si tu avais un super pouvoir ?

Guizmo : Avoir tous les supers pouvoir (rires)

Si tu partais sur une île déserte en ne pouvant emporter que 3 albums ?

Guizmo : Que 3 ??? Première consultation (Doc Gyneco Ndlr), Thriller (Michael Jackson, Ndlr) et Mauvais oeil (Lunatic, Ndlr)

Si tu pouvais réaliser un duo/feat de rêve avec un artiste mort ou vivant ?

Guizmo : Michael Jackson ! Sur « Smooth Criminal »

Si tu étais une punchline, une seule ?

Guizmo : « Cleptomaniac, partout où je vais je vole la vedette »

Et si tu ne faisais pas de musique tu ferais quoi ?

Guizmo : Rien ! 

Nouvel album « C’est tout » maintenant disponible. Suivez son actualité sur Facebook.