Nathan Thompson, originaire de Londres est un artiste au parcours que l’on pourrait considérer comme banal dans le milieu mais qui pourtant se démarque par son authenticité. Après avoir connu la drogue, les armes et la prison GIGGS cherchait un moyen d’exprimer tout ce qui est enfoui à l’intérieur et surtout cherchait un moyen d’avancer la tête haute. Sa musique est cash, dure car il parle de ce qu’il connaît, de ce qu’il a vécu, la rue.

Riche de collaborations avec des artistes tel que The Streets ou encore Shola Ama, il signe en 2009 sur XL Recording. Mais pas question d’être formaté pour rentrer dans le moule et espérer une plus grande exposition; GIGGS est fidèle à ses idées, il sait d’où il vient et a un message à transmettre. Si son passé lui a plusieurs fois causé du tort dans sa carrière il poursuit ses objectifs, s’accroche et reste convaincu que parler de là où il vient, c’est rester fidèle à qui il est, et que c’est un moyen pour lui d’être totalement honnête et d’avancer, parce que la musique est pour lui une porte de sortie afin de s’éloigner de la rue.

Let Em Ave It est un album sombre mais véhicule pourtant un message d’espoir. Il faut s’accrocher et croire en soi, peu importe les obstacles tout est possible tant qu’on y croit. On retrouve sur cet opus des titres efficaces et à mesure que l’on découvre l’album les titres se font de plus en plus puissants; Ner Ner et Signs ne sont pas sans rappeller les anciens morceaux US qui ont donné leurs lettres de noblesses au Rap. GIGGS ne renie pas pour autant ses racines anglaises, et à l’écoute des titres Have It Out ou What The Cat Dragged In, ceux qui ont déjà pris un « black cab » vers 4H du matin dans les quatiers sud de Londres ne pourront que trouver ce flow familier! Notons d’ailleurs le clin d’oeil de GIGGS à 2pac; en effet le titre de son album est également le titre d’un single de 2pac auquel l’artiste anglais a enlevé un H mais a également apporté toute la richesse du flow anglais et toute l’intensité qui le caractérise.

Comme il le dit si bien  » J’ai appelé l’album Let Em Ave It parce que c’est ce que je vais faire. C’est d’où je suis venu. Il n’y avait rien à espérer avant et maintenant il y a quelque chose. C’est un album sombre et dur mais ça parle d’espoir pour l’avenir… »